Agir Pour le Droit Animal - APDA

Association Agir Pour le Droit Animal - Identification RNA W603002701


Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]



Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 
Auteur Message
AD
AD
Hors ligne

Inscription: Aoû 2011
Messages: 156
Sexe: Non specifié
MessageSujet du message: Tests FIV et FeLV
Posté: 16 Nov 2011, 01:56 

Les tests FIV et Felv

Transmission et populations à risque

Le FIV touche davantage les chats non stérilisés, et notamment les mâles non castrés, du fait de leur comportement à risque. Le FIV se transmet en effet généralement par morsure (sang et salive), par rapports sexuels ; la transmission de la mère au chaton peut avoir lieu, notamment par le biais de la lactation, mais elle est loin d’être automatique et un test positif n’aura de signification qu’après la perte des anticorps maternels. La transmission par simple léchage est rare mais possible. La transmission par l’intermédiaire d’objets ou surfaces est théoriquement possible mais rarissime, étant donné la fragilité du virus en milieu extérieur.
Le vaccin contre le FIV a une efficacité limitée et n’est pas disponible en Europe. Il est rare que 2 chats stérilisés qui s'entendent bien se transmettent le FIV, mais l’isolement des chats positifs reste le meilleur moyen de prévention.

Pour le FeLV, la concentration du virus dans la salive est généralement élevée, mais celui-ci peut aussi se retrouver dans l’urine, les matières fécales, et bien sûr le sang. La transmission peut donc se faire par simple contacts oraux-nasals (« nez-à-nez », etc.), par léchage, par partage d’une gamelle voire d’une même litière. Les populations les plus vulnérables à une contamination sont les chatons de moins de 4 mois. 80 à 85% des chats de plus d'1 an développent une immunité naturelle au virus et combattrons l’infection avec succès si infectés. En revanche, seuls 15% des chatons de moins de 4 mois infectés pourront se renégativer. Généralement, les chats positifs au FeLV développent la maladie avant leurs 3 ans. La vaccination semble assez efficace après une primo-vaccination complète.
Si vous devez être famille d'accueil, il vaut mieux vacciner votre chat contre le FeLV et le chat que vous accueillez, et ce au moins 2 semaines avant de les mettre en contact (le temps que l’immunité se mette en place).

Il peut donc être préférable de faire tester vos chats. En effet, la particularité de ces 2 virus est qu'ils peuvent rester latent des années, et tandis qu'un chat peut être porteur et potentiellement contaminer les autres, aucun signe extérieur ne le laisserait présager. Or, il peut s’avérer difficile de déterminer si un chat est en réalité porteur ou non de ces virus, un test pouvant se révéler positif, tandis qu’un autre pratiqué au même moment ou plus tard ne le sera pas. Tâchons d’expliquer pourquoi et d’y voir plus clair pour tester plus efficacement.

Détection

Nous vous conseillons Western blot pour le FIV, au moins 2 mois après l'infection supposée et uniquement sur des chats de plus de 6 mois ; pour le FeLV, PCR quantitative si possible, et sinon, test rapide puis 4 mois plus tard, IFA pour confirmation ou, à défaut, nouveau test rapide. Les chatons et chats vaccinés peuvent être testés pour le FeLV. L'explication ci-dessous pour les courageux !

Le test FIV

Il est inutile de faire tester un chaton pour le FIV avant ses 6 mois car les anticorps de la mère infectée peuvent passer dans le colostrom et induire des faux positifs. La plupart des chatons séropositifs deviendront ainsi séronégatifs (jusqu’à 100% selon certains études –Macdonald et al., 2004). Le test par PCR teste certes la présence d’antigènes, mais il est peu fiable et il faut dans tous les cas attendre au minimum 60 jours après l’infection potentielle (parfois plus) pour tester puis refaire un test pour confirmer l’infection. Chez l’immense majorité des chats, la primo-infection est suivie d’une période asymptomatique (sans symptômes) qui peut aller de quelques mois jusqu’à 10 ans selon certains auteurs. Les animaux infectés jeunes présentent une phase asymptomatique plus longue.
Des faux positifs peuvent avoir lieu dans les cas suivants : un chaton protégé par les anticorps maternels ; une erreur inhérente au test ; une erreur de manipulation.
Des faux négatifs sont possibles si : l’infection est trop récente ou au contraire, au stade final de la maladie (« stade SIDA » caractérisé par des complications infectieuses ou tumorales), en cas d’erreur de manipulation, d’erreur inhérente au test, ou à cause d’un « effet de zone ».
En cas de suspicion de FIV et de test négatif, un 2e test peut être effectué après un délais de 60 jours minimum après la dernière exposition supposée au virus (délais de séroconversion, c'est-à-dire phase où les anticorps apparaissent suffisamment dans le sang pour qu’on puisse les doser).
Les tests sur sérum ou plasma sont plus efficaces que ceux effectués sur sang total (les globules rouges compris dans le sang « total » diminuent la sensibilité du test qui sera plus sensible s'il s'effectue uniquement sur le plasma, ou mieux, le sérum) .

- Les tests rapides (ELISA) détectent certains des anticorps produits lors d’une infection au FIV. Les risques de faux-positifs sont très rares car la plupart des tests ELISA sont très spécifiques mais seulement si le test est bien fait et si les kits ont été bien conservés. Ainsi, certaines études ont montré qu’il pouvait y avoir jusqu’à 32% de faux positifs alors que les tests effectués par les fabriquant en laboratoire garantissaient une spécificité proche des 100%. D'autres études on donné le chiffre de 20% de faux-positifs quand les tests sont effectués hors laboratoire. Les faux-négatifs sont en revanche rares. Une confirmation d’un résultat positif par Western blot est donc indispensable. Des résultats équivoques peuvent aussi avoir lieu si le chat a été récemment infecté et est en train d’opérer une séroconversion ou si le test est effectué sur sang total et donc moins sensible, ou encore si la concentration de virus est très importante, rendant la détection des anticorps plus difficile. La confirmation est encore nécessaire dans ce cas.
- Le test par immunofluorescence IFA détecte un nombre bien plus élevé d’anticorps du FIV que le test ELISA. Il est donc plus fiable pour détecter ces anticorps. Les faux-positifs sont aussi plus rares (10%), mais certains ont lieu car son interprétation est plus subjective. Il peut permettre de confirmer un test positif à ELISA ou un test négatif chez un chat suspecté de FIV ou encore trancher un résultat discordant entre un test ELISA et un PCR.
- Le Western blot détecte une série d’anticorps se fixant à des antigènes viraux et est utilisé comme test de confirmation. Passé le délai de séroconversion (2 mois), ce test est extrêmement fiable (98%).
- La PCR détecte des antigènes voire l’ADN proviral du FIV dans le sang. L’avantage est qu’il détecte l’infection au FIV même sans présence d’anticorps spécifiques (donc peut dépister des chats avant leur séroconversion ou au dernier stade de la maladie). Cependant, le test PCR ne détecte pas tous les sous-types et variants du FIV et des faux-négatifs peuvent avoir lieu, de même si les charges virales sont sous le seuil de détection (ce qui est notamment le cas lors de la phase asymtomatique, très longue). Des faux-positifs peuvent aussi avoir lieu. La sensibilité et la spécificité des tests varie entre 40 et 100% (Bienzle et al., 2004). En cas de résultats discordants avec un test sur les anticorps, il convient d’en discuter avec le laboratoire ayant effectué le test PCR. Toutefois, la plupart des auteurs déconseillent ce test.

En conclusion, quand 2 tests effectués sont discordants, il est difficile d’établir le statut infectieux réel du chat. Un 3e test peut permettre de trancher. La sensibilité des tests par PCR n’est pas forcément meilleure, selon les tests PCR utilisés, et induisent davantage de faux-négatifs. De plus, la détection d’anticorps dans le sang périphérique est suffisante pour déterminer l’infection, tandis que les antigènes sont souvent présents en nombre insuffisant. Le Western Blot reste le test le plus fiable, avec le test ELISA s’il est bien pratiqué et avec des kits non défectueux. En outre, il convient d’interpréter un test positif à ELISA selon les circonstances : les faux-positifs sont plus probables chez un chat en bonne santé et issu d’une population à faible prévalence de la maladie (jeunes chats stérilisés par exemple). Le chat devra être absolument testé à nouveau par Western Blot pour confirmer l’infection.
Dans le cas de chats malades, il faut dépister au FIV les chats présentant une maladie chronique ou débilitante, de la fièvre ou une perte de poids ; ainsi que ceux présentant une anémie, une gingivite, une stomatite, une neuropénie, une glossite, un lymphome, et une infection respiratoire supérieure chronique.
Le test devrait être renouvelé 3 mois plus tard en cas de suspicion ou si le test est positif.

Le test FeLV :

Là encore, tester n’est pas simple. Quelque soit le test, pour détecter l’infection, il faut attendre minimum 28 jours après l’exposition au virus. L’antigénémie peut même apparaître plusieurs mois après. En effet, les infections latentes sont courantes pour le FeLV. Les chats infectés n’émettent pas les protéines détectés par les tests classiques. Le test par PCR est nécessaire pour détecter ces infections latentes. La latence peut disparaître avec l’élimination progressive du virus. Cependant, certains chats vont maintenir l’infection latente qui se transformera en incubation prolongée, en une virémie transitoire (test qui se révèle positifs ou négatifs selon les périodes), en une apparition tardive d’une insuffisance médulaire (ce qui fait que certains chats infectés ne rejetteront pas le virus dans le sang et seront donc négatifs à Elisa et IFA) ou en une malignité tardive. La non-détection de la maladie est donc fréquente avec les tests rapides si la contamination est latente. De plus, des faux-négatifs peuvent avoir lieu avec le test IFA si le chat est leucopenique.
Les anticorps maternels ne perturbent pas le test, cependant, il est préférable d’attendre quelques mois pour éviter les faux-négatifs ou les positifs transitoires du fait d’une infection latente. Les anticorps contenus dans le vaccin FeLV ne perturbent pas non plus les résultats.

Etant donné que les chats FeLV positifs se renégativent dans la plupart des cas, un seul test positif à un moment donné sur un chat qui ne présente pas de signe clinique a peu de signification. Le test devra être refait 4 mois plus tard.
Les tests ELISA sur salive ou larmes sont peu fiables. Le test PCR peut servir à détecter les infections latentes, mais si le chat présente des signes cliniques, alors le test ELISA est plus indiqué. Le test par PCR ne contourne pas le problème de la renégativation des chats.
Le test PCR est utile notamment comme test de confirmation. Le test rapide est surtout indiqué chez les chats malades, notamment s’ils sont atteints d’anémie, de maladies chroniques, lymphome, maladie de la moelle osseuse ou polyarthrite.

En résumé, la signification des tests est la suivante :
- un test ELISA positif indique la présence du virus dans le sang, indiquant une virémie à ce stade. Si le chat ne présente encore aucun symptôme, il y a de fortes chances qu’il surmonte l’infection dans un délai de 3 semaines à 4 mois. Il faut donc le retester 4 mois plus tard avec ELISA, ou pratiquer un test par PCR ou IFA pour confirmer le résultat. Les faux négatifs sont rares surtout chez un chat sain et dépendent de la sensibilité du test. Les faux-positifs sont moins fréquents avec test sur sérum ou plasma, mais les erreurs de manipulation ou dues à la mauvaise conservation du kit peuvent survenir.
- un test IFA positif indique la présence de cellules contaminées par le Felv. La contamination de la moelle osseuse n’intervient qu’après plusieurs semaines à compter de la contamination. Il y a donc de fortes chances pour que le chat positif à ce test ne puisse pas se renégativer, bien qu’une virémie transitoire soit encore possible (3% des cas). On peut retester le chat quelques mois plus tard pour confirmer le test, mais ce n’est pas indispensable. Ce test est négatif tant que le virus n’a pas atteint la moelle osseuse. Des faux positifs peuvent survenir si le test est mal pratiqué ; les faux-négatifs sont fréquents lors de la première phase de la virémie (< 4 mois). Ce test est assez fiable.
- Un test PCR positif survient lors d’une virémie transitoire ou persistante, mais aussi en cas de latence ou si l’infection a été surmontée. C’est une méthode très sensible pour détecter le FeLV et il y a très peu de faux-négatifs. Une PCR quantitative permet de déterminer s’il s’agit d’une virémie persistante (quantité importante de « provirus ») ou d’une contamination surmontée voire latente (faibles quantités). En cas de PCR non quantitative positive accompagnée d’un autre test négatif, il peut s’agir d’un chat qui a surmonté l’infection, mais il y a une possibilité théorique que la présence de provirus puisse provoquer la maladie ou réactiver l’infection ou encore indiquer une néoplasie. Aucune étude ne permet à ce jour de prévoir avec exactitude les effets d’une contamination latente sur le long terme (Blackwell, 2006). La PCR quantitative reste le test le plus fiable, surtout si on ne peut en pratiquer qu’un seul.

Dans une communauté de chats où tous sont bien portants, il est rare que les chats soient contaminés par le FeLV. Une fois encore, un test positif obtenu sur un chat présentant un des symptômes du FeLV sera plus fiable qu’un résultat positif sur un chat sain. En cas de doute sur le résultat, il convient de confirmer le test, 4 mois plus tard.
Les chats positifs portent le FeLV dans leur salive et sont contaminants pour les autres chats. La vaccination est importante et elle n’est vraiment efficace qu’après une primo-vaccination complète et passé le délai garantissant l’immunité du chat.



Bibliographie :
- Vaden, Knoll, Smith, Tilley, Blackwell’s Five minute veterinary consult: laboratory tests and diagnostic procedures, Canine and Feline, ed. Wiley-Blackwell, 2011, p.291 à 296
- Hill, Warman, Shawcross, 100 top consultations in small animal general practice, ed. John Wiley and Sons, 2011, chapitres 12 et 13
- Michael Schaer, Clinical medicine of the dog and cat, Elseveir Masson, 2010, p.126-132
- Léo Lisarde Bouchard, Virus de l’immodeficience feline (FIV) et vaccination : de la maladie naturelle du chat à un modèle d’étude du SIDA humain, Thèse doctorat Maison-Alfort 2010, http://theses.vet-alfort.fr/telecharger.php?id=1286
- Lila Miller, Kate Hurley, Infectious disease management in animal shelters, ed. John Wiley and Sons, 2009, p. 307-312
- Friedman, Specter, Bendinelli, In vivo models of HIV disease and transfer, Birkhaüser, 2006, p.170-173 ici
-Chabane, Prince, Ponce, Immunologie clinique de chat et du chien, ed. Masson, 2006, p. 270 à 283
-Moraillon, Legeay, Boussarie, Dictionnaire pratique de thérapeutique chien, chat et NAC, ed. Elsevier Masson, 2007, p.335-339
- Norsworthy, Fooshee Grace,Larry Tilley, The Feline patient, ed. John Wiley and Sons, 2011, p179-186
-Frédérique SABOURDY, « Diagnostique par PCR des rétroviroses félines », thèse de doctorat, Ecole vétérinaire de Toulouse, 2001 http://oatao.univ-toulouse.fr/622/1/andro_622.pdf
- Cornell Feline Health Center, Cornell University, College of Veterinary Medicin (Ithaca, NY), « Feline Leukemia virus », 1997 http://www.fenua-animalia.org/FA/cfhc/fr/felv.htm
- Bud’s, FIV therapy, « Understanding and applying FIV testing » http://www.fivtherapy.com/fiv_testing.htm
- http://nuxe.over-blog.com/pages/FIV_Sid ... 12254.html


Haut
  Profil 
 
Hors ligne

Inscription: Nov 2011
Messages: 12
Sexe: Non specifié
MessageSujet du message: Re: Tests FIV et FeLV
Posté: 29 Nov 2011, 02:19 

si j'ai bien lu et bien compris j'ai raison de refuser de faire tester les chatons avant 6mois comme voudrait me l'imposer les veterinaires que je vois actuellement sous pretexte que ces chatons sont nés de chattes errantes donc non vaccinées ?


Haut
  Profil 
 
AD
AD
Hors ligne

Inscription: Aoû 2011
Messages: 156
Sexe: Non specifié
MessageSujet du message: Re: Tests FIV et FeLV
Posté: 29 Nov 2011, 11:45 

Pour le FIV, tu as parfaitement raison. C'est totalement inutile et c'est très rare d'avoir un chaton positif à 3 mois qui le restera plus tard.
Pour le FeLV en revanche, le test est indiqué :
-S'il s'agit d'une fraterie, fais le test rapide pour tous et si tu en as, par ex, 1 sur 4 de positif et que tous ainsi que la mère sont bien portants, très probable que c'est un faux positif !
D'ailleurs, si c'est une grosse portée genre 6, tu peux en faire tester 4, et si tous négatifs, alors tu peux considérer que les autres le sont aussi.
- si tu as 1 ou 2 chatons à tester : je te conseille de faire direct une PCR pour limiter les risques de faux positifs. Sachant qu'à moins de 4 mois, un chaton n'aura que 15% de chances de se renégativer contre 85% de chances pour un adulte.
Il n'empêche qu'à moins d'avoir pratiqué 2 tests dont une PCR quantitative, il faut éviter de mettre un chaton qu'on pense FeLV+ avec d’autres FeLV+ sous prétexte qu’il a peu de chances de se renégativer car 1) il faut lui laisser une chance de se renégativer 2) il faut confirmer le test qui n’est pas 100% fiable 4 mois plus tard 3) s’il s’avère que c'est une erreur, il a toutes les chances de contracter le virus au contact de chats qui sont vraiment FeLV+ car les chatons sont BEAUCOUP plus sensibles au FeLV.
- EN OUTRE, si ces chatons viennent d'une communauté de chats d'âge divers dont aucun n'est malade, il y a de grandes chances que ces chats soient indemne du FeLV alors inutile de tous les tester (juste qqs-uns).
Ne mets pas de chatons d'origine différente ensemble, même vaccinés, si tu ne sais pas s'ils sont FeLV+ ou non.


Haut
  Profil 
 
Hors ligne

Inscription: Nov 2011
Messages: 12
Sexe: Non specifié
MessageSujet du message: Re: Tests FIV et FeLV
Posté: 29 Nov 2011, 22:41 

et si je fais juste tester la mere lors de la sterilisation c'est valable ou pas??
je melange pas les portées differentes ,ce qui limites d'ailleurs mes possibilitées d'accueil ,mais bon!


Haut
  Profil 
 
AD
AD
Hors ligne

Inscription: Aoû 2011
Messages: 156
Sexe: Non specifié
MessageSujet du message: Re: Tests FIV et FeLV
Posté: 30 Nov 2011, 01:44 

Probable que des chatons d'une mère négative seront négatifs mais tu ne pourras pas être certaine parce que la mère peut s'être débarassée du virus après avoir contaminé ses petits ou être résistante au FeLV tandis qu'un autre chat FeLV+ aura contaminé les petits. C'est à voir en fonction des conditions dans lesquelles les chatons ont été récupérés (est-ce qu'ils vivaient en communauté avec des chats ayant une maladie chronique ? Coin touché par le FeLV ? etc.). Si tu ne testes que la mère, fais-le par PCR. Mais je te conseille de faire tester au moins un des petits par sécurité.
Après, si tu fais un sauvetage de 10 chats du même endroit et que 7 sont négatifs au FeLV, les autres le seront très probablement aussi.
Même s'il y a toujours des exceptions. Mais c'est aussi à toi de trancher : dépenser 200€ pour être à 99% sûre ou économiser cet argent pour autre chose et prendre un petit risque de se tromper (et là, prendre aussi en compte l'endroit où seront placés les chats : avec des adultes vaccinés ou des chatons ?)

Je reprécise : pour détecter le FeLV, il faut attendre au moins 1 mois après l'infection potentielle. Pour le FIV, c'est au moins 2 mois (mais les chatons FIV+ le restent rarement, donc ça vaut surtout pour les adultes).


Haut
  Profil 
 
Hors ligne

Inscription: Nov 2011
Messages: 12
Sexe: Non specifié
MessageSujet du message: Re: Tests FIV et FeLV
Posté: 30 Nov 2011, 15:20 

ok merci des renseignements ,sur que meme si c'est pas des colonies de chats "en general une chatte qui a fait des petits dans un coin du jardin des gens qui la nourrissent " il y en a toujours d'autres autour souvent pas vaccinés,meme sils apartiennent aux gens des maisons a coté :(


Haut
  Profil 
 
AD
AD
Hors ligne

Inscription: Aoû 2011
Messages: 156
Sexe: Non specifié
MessageSujet du message: Re: Tests FIV et FeLV
Posté: 30 Nov 2011, 21:34 

Ah oui, j'ai oublié de repréciser : pour les tests par PCR sur le FeLV : très important de faire une PCR quantitative et pas classique, parce que les chats qui ont surmonté l'infection ou sont latents (on estime qu'1/10 seulement déclarera la maladie dans ce cas) seront positifs avec ce test aussi. La PCR quantitative permet de distinguer entre ces situations.
Si c'est pas possible, il vaut mieux faire un test rapide à confirmer seulement s'il est positif ou un test IFA (immunofluorescence) si ça fait plusieurs mois que le chat est chez toi.


Haut
  Profil 
 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

Permissions de ce forum:

Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 


cron
Créer un forum | © phpBB | Entraide & support | Forum gratuit