Agir Pour le Droit Animal - APDA

Association Agir Pour le Droit Animal - Identification RNA W603002701


Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]



Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
AD
AD
Hors ligne

Inscription: Aoû 2011
Messages: 156
Sexe: Non specifié
Posté: 14 Nov 2011, 00:02 

_ Les bienfaits de la stérilisation


Bon nombre de stéréotypes et d’aprioris frappent la stérilisation, en particulier la castration. Or, la stérilisation est le premier acte de protection animale. L’intervention est très bien maîtrisée par les vétérinaires et n’est en rien traumatisante pour l’animal. Elle est même parfois essentielle pour préserver sa santé et son bien-être.

Lutter contre la surpopulation

Tout d’abord, la stérilisation permet de lutter contre la surpopulation animale et d’éviter les naissances non désirées, sources de bon nombre d’abandons, d’euthanasies et de misère animale. On estime que chaque année, un demi million de chiens et de chats sont euthanasiés en France, faute de trouver des maîtres. En effet, une fois la portée arrivée, il faut ensuite faire une visite de contrôle chez le vétérinaire, vacciner et vermifuger toute la portée, parfois apporter des soins vétérinaires supplémentaires en cas de problème, et entretenir les petits jusqu’au sevrage complet (3 mois pour un chat ou un chien). De plus, l’identification des chats et chiens par puce ou tatouage est une obligation légale avant toute cession, gratuite ou non. Tout cela revient cher, en particulier pour les chiens. Puis il faut parvenir à placer les petits chez des personnes responsables qui sauront s’en occuper, ce qui peut s’avérer assez difficile.

Code Rural :
Art. L. 212-10 – « Les chiens et chats, préalablement à leur cession, à titre gratuit ou onéreux, sont identifiés par un procédé agréé par le ministre chargé de l'agriculture. Il en est de même, en dehors de toute cession, pour les chiens nés après le 6 janvier 1999 âgés de plus de quatre mois. L'identification est à la charge du cédant.
»

Bénéfices pour la santé de l’animal

Mais surtout, la stérilisation est source de nombreux bénéfices au niveau de la santé, du bien-être et du comportement de l’animal.
Chez les femelles, la stérilisation évite les pyomètres (accumulation de pus dans l’utérus après la fin des chaleurs), les grossesses nerveuses entraînant notamment une inflammation des mamelles, les kystes ovariens et les cancers de l’utérus.
Les chiffres sont éloquents : Une chienne non stérilisée a 50% de chances de déclarer une ou plusieurs tumeurs mammaires au cours de sa vie, et la moitié d’entre elles seront malignes. Elle a aussi plus de 70% de chances de faire au moins une grossesse nerveuse avec lactation. Sur ces 70%, 90% font des lactations nerveuses à répétition, ce qui augmente le risque de pyomètre, de mammites et de tumeurs mammaires, mais aussi le risque que les tumeurs soient malignes (73% de risque de tumeur maligne). Quant aux chattes non stérilisées, également sujettes à tous les maux précités, 26% d’entre elles déclareront une tumeur, dont 90% seront malignes.
80% des lapines non stérilisées développeront au cours des 5 premières années de leur vie un cancer de l’utérus [les études réalisées portent sur des lapines âgées de 1 à 5 ans, le risque étant donc potentiellement plus élevé chez des lapines plus âgées]. L’issue est fatale si la lapine n’est pas opérée à temps, l’opération étant par ailleurs nettement plus lourde et plus coûteuse qu’une stérilisation classique. Sachant aussi qu’une lapine stérilisée peut vivre 10 ou 12 ans, vous multipliez son espérance de vie par deux en la stérilisant !

Les naissances ne se passent aussi pas toujours bien : il arrive fréquemment que la femelle fasse une hémorragie ou qu’un petit reste coincé et que la mère fasse une septicémie, généralement fatale. Les grossesses à répétition ou à un âge trop avancé sont aussi épuisantes pour la femelle qui risque, entre autres, une déminéralisation osseuse, potentiellement mortelle.

Il est important aussi de faire stériliser AVANT la puberté si possible, c'est-à-dire vers 5 ou 6 mois pour les chats, les lapins ou les chiens de petite race, un peu plus tard chez les chiens de grande race.
En effet, si la femelle est stérilisée avant ses premières chaleurs, le risque d’apparition de tumeurs mammaires n’est que de 0,5% chez la chienne et 0,6% chez la chatte ; avant les 2e chaleurs, le risque est déjà de 8% chez la chienne et de 20% chez la chatte ; et avant les 3e chaleurs, le risque est de 26%, puis augmente progressivement jusqu’à être au même niveau que pour une chienne ou une chatte non stérilisée. Il faut aussi savoir que les jeunes animaux se remettent plus vite de l’opération que les adultes et que chez les mâles, la suppression du marquage urinaire est totale si la castration se fait avant la avant la puberté ou dès les premiers signes.

Cependant, une stérilisation tardive reste bénéfique car elle évite les autres pathologies de l’appareil génital et atténue ou supprime les comportements sexuels à risques ou gênants (vocalises et manifestations des chaleurs, marquages urinaires, fugues, maladies sexuellement transmissibles, bagarres, agressivité, etc.). De plus, les risques de malignité des tumeurs mammaires augmentent eux plus progressivement, bien qu’il ne soit possible de déterminer la nature des tumeurs qu’après l’exérèse. Sachez aussi que la ménopause n’existe pas chez nos animaux familiers !
En outre, la castration du mâle annule le risque de développement de cancer des testicules (assez rare néanmoins) et augmente de beaucoup l’espérance de vie des chats en particulier en limitant les fugues, sources de nombreux accidents de voitures, de bagarres, propagation de MST et autres maladies, etc.
Il est inenvisageable de faire cohabiter un lapin non stérilisé avec un autre, quel que soit le sexe des lapins, car le lapin est une espèce tout particulièrement rongée par les hormones et le risque de conflits violents est très élevé. Les femelles auront beaucoup moins tendance à mordre, à défendre leur territoire, à gratter, creuser et à se battre si elles sont stérilisées. Le marquage urinaire est particulièrement pénible chez le lapin non castré.

Pour le bien-être de l’animal

Les animaux n’ont pas de désir de maternité ou de fierté virile ; le fait d’avoir des « enfants » et de fonder une famille n’est pas reconnu socialement chez les animaux. C’est de l’anthropomorphisme !
Il n’est pas rare de voir une lapine tuer sa portée, notamment lorsqu’elle est trop jeune, qu’elle enchaîne les portées ou lorsqu’elle cohabite avec d’autres lapins non stérilisés, source de stress pour elle. Quant à la chatte, elle rejette ses petits une fois le sevrage terminé. Et une fois grands, quelque soit la race, les petits se reproduisent d’ailleurs avec leurs parents, engendrant au passage des problèmes de consanguinité qui multiplient les risques de malformations et maladies génétiques diverses. Il est d’ailleurs déconseillé de faire reproduire des animaux dont vous ne pouvez évaluer le patrimoine génétique et qui, concernant les chats, n’ont pas été testés pour le FIV, FeLV et Pkd. Faire reproduire des animaux est un art : c’est celui de l’éleveur et il demande un certain nombre de connaissances et de compétences.
En aucun cas un animal ne devient apathique après une stérilisation. Vous le constaterez si vous faites stériliser avant la puberté. Si vous le faites après, le comportement peut vous sembler différent car l’influence des hormones est forte chez les animaux et peut les rendre excitables voire agressifs. La disparition des hormones les rendra plus calmes, mais vous pourrez jouer avec eux comme avant.
Chez le chien comme chez la chienne, la castration ne pénalise pas l'aptitude à la garde, ni aux performances sportives.
La stérilisation se fait sous anesthésie, et un vétérinaire sérieux doit donner à l’animal un antibiotique et un antidouleur après l’opération pour être sûr que l’animal ne souffre pas. Votre compagnon retrouvera une activité normale après quelques heures pour les mâles et 3 ou 4 jours pour les femelles.

Et la pilule ?

La contraception étant cancérigène, la seule option est la stérilisation chirurgicale, à l’exception du furet pour lequel on préfèrera l’implant sous-cutané.
En effet, les cas de tumeurs de la glande mammaire sont fréquents chez les chattes ayant pris la pilule (aussi du fait qu’elles ne soient pas stérilisées). De plus, la pilule comporte de nombreux autres effets secondaires, et parmi eux : pyomètres et lésions de l'appareil génital, dépression, agressivité, ataxie, métrite et affections diverses de l’appareil génital, cyanose, alopécie, hyperglycémie, Affections du fœtus (la prise de pilule durant la gestation entraîne de graves malformations du fœtus), prise de poids, mort etc.
Certains de ces effets secondaires peuvent apparaître au bout d’une seule prise et le traitement même sur un temps court augmentera plus tard les risques de développement d’une tumeur.

Le coût d’une stérilisation ?

Concernant le coût de la stérilisation, dites-vous bien qu’il vous coûtera beaucoup moins cher de faire stériliser votre animal que d’ensuite l’opérer d’une tumeur (qui récidive généralement) ou soigner les blessures et diverses maladies qu’il aura pu attraper du fait de ses comportements sexuels envahissants. Faites aussi le calcul pour la pilule contraceptive par rapport à la durée de vie d’un chat ou d’un chien, sans parler des risques liés à la pilule qui se feront ressentir un jour ou l’autre. Le coût varie selon le sexe et l’espèce : de 50€ pour un chat à 350€ pour une chienne de gros gabarit en région parisienne ; la stérilisation des NAC (lapin, octodon, furet, cochon d’inde, rat…) peut coûter plus cher que pour un chat car elle nécessite l’intervention d’un véto spécialiste des NAC. Le fait d’adopter en association réduira de beaucoup ces coûts !

Quels sont les inconvénients de la stérilisation ?

Chez le chat ou le chien, la stérilisation peut occasionner une prise de poids, mais celle-ci est totalement maîtrisable en adaptant l’alimentation et en maintenant un niveau d’activité correct (par le jeu, les sorties, etc.).
On a aussi accusé la castration des chats mâles d’augmenter le risque de calculs rénaux et urinaires, mais cette augmentation statistique est surtout due au fait que jusque très récemment, la plupart des mâles castrés étaient des chats d’appartement, qui faisaient trop peu d’exercice et mangeaient une alimentation inadaptée, les rendant sujets à l’obésité. De plus, sachez que les risques de calculs seront beaucoup plus important avec des aliments de qualité médiocre et beaucoup trop riches en minéraux, que le chat soit castré ou non.
Pensez aussi à faire stériliser les lapins chez un vétérinaire NAC qui disposera du matériel nécessaire pour pratiquer une anesthésie gazeuse et d'une table chauffante pour éviter un refroidissement trop rapide du lapin.


En résumé, la stérilisation présente de nombreux avantages en terme de santé, elle n’est pas traumatisante pour l’animal et facilite la cohabitation avec ses congénères, elle présente aussi un certain nombre de bénéfices comportementaux pour le maître et surtout, elle aide à lutter contre la misère et la souffrance animale.
Cela est parfois difficile, mais il faut parfois aller contre notre culture, nos représentations et nos préjugés pour le bien de nos animaux. Sans la stérilisation, le travail que les associations font sur le terrain est ruiné et nous nous retrouvons impuissants face à la déferlante de misère animale qui s’abat sur nous par flots réguliers.
Si vous n’êtes toujours pas convaincus, pensez aussi à la condition féminine d’avant l’invention de la contraception…
Face à tous les avantages que la stérilisation présente, faites-le pour eux, mais aussi pour vous !


Sources et Bibliographie :

. Deborah Straw, The healthy pet manual: a guide to the prevention and treatment of cancer, 2005, p.25, 26 et suivantes, p. 41 à 43 et p.55 à 58
. Katty Smith, Rabbit Health in the 21st Century: A Guide for Bunny Parents, IUniverse, 2003, p.32
. One Voice, « la stérilisation des chiens et des chats est un acte de protection animale »
. Elaine Wexler-Mitchell, Guide to a healthy cat, 2004, p.188
. Margaret V. Root Kustritz, Clinical Canine and Feline Reproduction: Evidence-Based Answers, 2010, Sections IV et VIII
http://www.margueritecie.com/adenocarcinome.php
http://www.e-sante.be/tumeurs-mammaires ... alite/1377
http://www.vivelesanimaux.com/spip.php?article31
http://www.linternaute.com/nature-anima ... ienne.html
http://www.wanimo.com/fr/chats/info-pra ... on--cf857/


Haut
  Profil 
 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

Permissions de ce forum:

Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 


Créer un forum | © phpBB | Entraide & support | Forum gratuit